Les années Warner – 1976 à 1978

Dans une interview de Ludovic Lorenzi, Jean Mareska disait : 

Ludovic Lorenzi : En ce qui concerne les 45 tours de Jean-Jacques, on va revenir là-dessus. Comment lui est-il venu l’idée de faire un 45 tours en français ? Il chantait en anglais dans Taï Phong, est-ce qu’il avait déjà envie de faire de la variété ?

Jean Mareska : Oui, oui. Je pense que c’est à l’époque de « Windows ». On était très proches à l’époque et on allait bouffer les uns chez les autres, il venait à la maison, j’allais chez lui ; j’ai vu grandir ses enfants, et il a vu grandir les miens par la même occasion. J’ai même une photo de mon fils aîné, qui a 28 ans aujourd’hui, qui devait en avoir quatre ou cinq à l’époque, accoudé sur un piano Fender sur lequel il y a Jean-Jacques en train de jouer. Alors, il garde la photo précieusement, bien sûr. Et Jean-Jacques m’a dit « Je veux faire des trucs en français ». L’influence Berger. On a aménagé le contrat de Taï Phong de façon à ce que la sortie des singles de Jean-Jacques ne perturbe pas les éventuels futurs enregistrements, les futures sorties de Taï Phong et puis on est entrés en studio avec Jean-Jacques. Et puis, on a fait un premier single, et puis on s’est vautrés, et puis on a recontinué avec Taï Phong derrière, et puis on a fait un deuxième single et on s’est vautrés et puis on a fait un troisième… L’idée était peut-être pour Jean-Jacques d’avoir une espèce de carrière double, à vrai dire, à la Phil Collins, à l’époque où Phil Collins Faisait du solo et continuait à jouer avec Genesis. Et puis, bon, les singles en français de Jean-Jacques n’ont pas fonctionné. Et pourtant, il y avait tout dedans, tout ce que j’ai écouté et entendu de lui depuis. Il y avait l’humour, les préoccupations sociales. « C’est pas grave papa », c’est une vrai chanson avec une vrai préoccupation sociale. « Back to the city again », il y avait déjà l’humour de Jean- Jacques là dedans. Il y avait les prémices. C’était pas le moment, peut-être que les chansons étaient pas suffisamment abouties, affirmées. Et puis, peut-être que c’était pas le moment, tout simplement. Et puis, il avait quand même aussi, néanmoins, cette estampille Taï Phong. Il fallait expliquer aux médias, d’un seul coup, pourquoi le chanteur, leader d’un groupe qui chante en anglais et qui fait de la musique progressive se mettait à faire des chansons en français. Donc, ce n’était pas très simple.

Ludovic Lorenzi : Vous aviez dit que la maison de disques en avait pressé 1 000 ou 2 000 exemplaires, ce n’était peut-être pas assez pour faire un succès, sans compter le manque de promotion.

Jean Mareska : Si. Les choses ont relativement peu changé. Aujourd’hui, quand on sort un single d’un artiste, la maison de disque ne se risque pas à en fabriquer 100 000 d’un seul coup, même si elle pense qu’elle va les vendre. Elle commence à en fabriquer 2 000, à faire de la promo. Puis quand la promo commence à démarrer, on essaie d’estimer ce que les retombées promo vont générer en terme de ventes. Mais on ne fabrique jamais 200 000 disques d’un seul coup.

Ludovic Lorenzi : En ce qui concerne l’implication de Jean-Jacques dans ses titres solos, jusqu’où s’impliquait-il ? J’ai lu une interview de lui qui date de décembre 1981, donc, il sortait fraîchement de Taï Phong, il venait de sortir son album. Il n’avait pas encore de succès avec « Il suffira d’un signe », le succès ne viendra qu’en mars 1982. Il disait que pour ses trois singles, il n’avait pas grand chose à faire puisqu’il y avait un arrangeur qui orchestrait la chanson, et lui, il n’avait plus qu’à poser sa voix. Est-ce que c’est vrai ?

Jean Mareska : Oui, c’est vrai. Complètement. Avec Jean-Jacques, on rentrait dans un schéma de variété. Donc, qui dit variété dit généralement arrangeurs, musiciens de studio. Et même s’il était présent, il était là tout au long des enregistrements, il se voyaient avec l’arrangeur auparavant, ils parlaient un peu de la manière dont les choses allaient être, dont la ou les chansons allaient être arrangées. Et puis au bout d’un moment, on rentrait en studio, il était là, il donnait quelques indications, il amenait quelques corrections pour que ça sonne comme il avait envie que ça sonne. Mais, c’est vrai qu’on n’était plus dans un schéma d’un enregistrement de variété classique plutôt que d’un travail de groupe où les cinq musiciens sont supposés être en studio ensemble, où il y a beaucoup plus d’interactivité entre chacun des musiciens, si vous voulez.

Ludovic Lorenzi : Est-ce qu’il vous avait proposé plus de titres ? Là, ça fait en tout six titres. Est-ce qu’il vous proposait plus de titres et vous faisiez un choix ?

Jean Mareska : Oui, il proposait plus de titres et on faisait un choix comme ça, d’un commun accord, lui et moi.

Source : TheGoldGirl 

Livres


Ludovic Lorenzi à écrit 2 livres sur Jean-Jacques Goldman. Le 1er « Taï Phong, l’Aventure continue » édité en 2007 et le 2e « Les tubes de Jean-Jacques Goldman » en 2018. Ces ouvrages peuvent vous permettre d’en apprendre d’avantage sur cette période.

Pin It on Pinterest

Share This